BIBLIOTHÈQUE

Une nette amélioration de la Qualité de l’Air Extérieur depuis la mise en place du confinement : une étude d’Airparif

Évaluation de l’impact sur la qualité de l’air en Île-de-France des premiers jours de confinement : bilan provisoire de la semaine du 16 au 20 mars 2020.

Pour limiter la propagation du virus COVID-19, des mesures de confinement on été mises en place par les autorités à partir du mardi 17 mars à midi.
Cet article met en avant une amélioration de la qualité de l’air de l’ordre de 20 à 30% dans l’agglomération parisienne, consécutive à une baisse des émissions de plus de 60% pour les oxydes d’azote. Le long des axes de circulation, cet impact peut être encore plus important. Il était en revanche peu visible pour les particules fines (PM10 et PM2.5) lors de ces premiers jours de confinement.
Autre bonne nouvelle, cette baisse des polluants de l’air s’accompagne d’une baisse du dioxyde de carbone (C02), gaz à effet de serre, soulignant les liens entre ces deux problématiques et le co-bénéfice pour le climat de toute amélioration de la qualité de l’air.

Avec la mise ne place des mesures de confinement, une baisse conséquente des émissions d’oxydes d’azote a été constatée dès la mise en place complète de cette action (baisse supérieure à 60% à partir du mercredi 18 mars). Malgré une augmentation du chauffage résidentiel, cette baisse est liée en grande partie à la forte diminution du trafic routier et aérien. Celle des autres secteurs d’activité est moins quantifiable en raison du peu d’informations disponibles. Pour les oxydes d’azote, la baisse des émissions se traduit aussi au niveau des concentrations, avec une amélioration de la qualité de l’air respiré de 20 à 30% selon les conditions météorologiques rencontrées entre le 17 et le 20 mars. Cette amélioration est particulièrement sensible le long des axes routiers où les niveaux rejoignent sur certaines stations d’Airparif les niveaux de la pollution de fond : en 40 ans de mesures d’Airparif, cette situation sur les stations trafic ne s’et jamais produite de manière aussi importante et sur autant de stations.

Cartes moyennes de pollution au dioxyde d’azote du 17 au 19 mars 2020 : en situation normale, en situations de confinement et de différence entre les deux.

En revanche, peu d’impact a été constaté pour les particules qui sont issues davantage de sources et pour lesquelles la diminution du trafic n’a pas compensé l’augmentation liée au chauffage résidentiel et au maintien des activité agricoles, conjugués à une météorologie printanière favorable à la formation de particules observées dans plusieurs régions avoisinantes. De fait, la qualité de l’air n’a pas été aussi bonne qu’escomptée mercredi 18 mars. Mais avec la forte diminution du trafic, les niveaux n’ont pas augmenté au point de nous placer en épisode de pollution, ce qui aurait vraisemblablement été le cas en temps normal, avec des conditions similaires et un trafic normal.

Le changement de météorologie à partir du samedi 21 mars, conjugué à la baisse très conséquente des émissions, notamment du trafic aérien et routier, conduit à une qualité de l’air « bonne » en ce débit de deuxième semaine de confinement. Ces conditions météorologiques typiques à cette période de l’année peuvent néanmoins très amenées à se reproduire.

Vous trouverez dans le PDF ci-dessous un résumé des impacts sur la quantité de polluants rejetés dans l’atmosphère et sur la qualité de l’air respiré par les franciliens.

Donnnées d’Airparif sur la pollution 
Lien vers le site d’Airparif


Des sondes multi-capteurs au service de la Qualité de l’Air Intérieur sur Construction 21

NanoSense est une PME francilienne impliquée depuis 2002 dans la qualité de l’air intérieur (QAI dans la suite du texte). La société conçoit et produit différentes sondes QAI Multi-capteurs (CO2, COV, T°, RH, Radon, PM) avec des algorithmes de contrôle (de ventilations) et sont compatibles avec les principales interfaces des grands standards du bâtiment intelligent. Le but de cet article est de partager ici son expertise en Qualité de l’Air Intérieur ainsi que d’étudier différents moyens de l’améliorer.

 

Son expertise s’étend aussi aux systèmes autonomes dits à « Energy Harvesting » (à récupération d’énergie) ainsi qu’à la représentation de la QAI sous forme d’impacts humains et comme tout savoir, celui-ci est fait pour être partagé.

Sachant que les bâtiments sont les plus gros consommateurs d’énergie du pays, le législateur a mis en place différents instruments : Incitations fiscales à la rénovation pour les bâtiments anciens (les plus énergivores), réglementation thermiques pour les bâtiments neufs (la dernière en vigueur étant la RT2012) et pour la première fois une réglementation pour les plus gros bâtiments tertiaires existants obligeant ainsi à les rénover.

Les différentes règlementations thermiques successives ont d’abord privilégié l’isolation de l’enveloppe puis son étanchéité à l’air en passant par le chauffage à rendement amélioré (condensation et pompes à chaleur). Depuis la RT 2012 les bâtiments neufs sont donc « étanches à l’air » ce qui nécessite une ventilation mécanique ou naturelle contrôlée.

 

En lire plus


Sondes multi-capteurs au service de la santé et de la productivité sur 01 Formation Santé Magazine

Introduction

NanoSense est une PME francilienne impliquée depuis 2002 dans la qualité de l’air intérieur (QAI dans la suite du texte). La société conçoit et produit différentes sondes QAI Multi-capteurs (CO2, COV, T°, RH, Radon, PM) avec des algorithmes de contrôle (de ventilation et de chauffage/clim) et sont compatibles avec les principales interfaces des grands standards du bâtiment intelligent. Le but de cet article est de partager ici son expertise en Qualité de l’Air Intérieur ainsi que d’étudier différents moyens de l’améliorer.

Les différentes règlementations thermiques successives ont d’abord privilégié l’isolation de l’enveloppe puis son étanchéité à l’air en passant par le chauffage à rendement amélioré (condensation et pompes à chaleur). Depuis la RT 2012 les bâtiments neufs sont donc « étanches à l’air » ce qui nécessite une ventilation mécanique ou naturelle contrôlée.

En lire plus


L’importance d’une ventilation intelligente sur Blog Domadoo

L’importance d’une ventilation intelligente basée sur la qualité de l’air

 

1. Pour débuter ce nouvel épisode, décris-nous qui tu es et quel est ton background ?

Bonjour,

Je m’appelle Yann POISSON, je viens d’une École d’Ingénieurs Généraliste, l’ESME Sudria, une belle fabrique à couteaux-suisses pour l’industrie, le départ parfait pour trouver sa place dans les petites structures comme la nôtre. Je suis tout d’abord entré chez NanoSense en 2014 en tant que Stagiaire dans le Pôle R&D pour effectuer de la conception produit côté électronique. Depuis, je n’ai pas réussi à décrocher, j’ai été séduit par les domaines d’application et les technologies utilisées par NanoSense. Aujourd’hui, je suis sur tous les fronts avec Olivier MARTIMORT, le CEO et fondateur de NanoSense.

En lire plus


Des sondes de qualité de l’air, sources d’économies d’énergie et de productivité sur l’Usine Nouvelle

 


Concepteur et fabricant de sondes de qualité de l’air, made in France

Pour tous les bâtiments tertiaires et les ERP (écoles, Ehpad, etc.)

Sondes multiprotocoles multi polluants. Améliore la productivité et préserve la santé dans les bâtiments

Les sondes multicapteurs conçues et fabriquées par NanoSense sont destinées à mesurer la qualité de l’air dans les bâtiments et contribuent à l’optimisation de la consommation énergétique de ces derniers. En effet, ”il est inutile de ventiler 24 h/24 quand cela n’est pas nécessaire. Avec nos sondes, nous contrôlons le débit de la ventilation en fonction des besoins réels. En régulant à bon

L’équilibre entre qualité de l’air et dépenses énergétiques, indispensable pour les bâtiments BEPOS.

escient, on engendre des économies d’énergie significatives”, explique Oli-vier Martimort, gérant de l’entreprise primée lors du challenge microcap-teurs 2018 du Airlab ; Multi protocoles (EnOcean, LoRa, KNX, Modbus, etc.). Ces sondes s’interfacent également avec des systèmes de supervision.

 

TRAVAILLER MIEUX

Moins connu : une bonne gestion de la qualité de l’air permet d’engendrer des gains de productivité et un meilleur bien-être des salariés en général. Ainsi, les sondes NanoSense mesurent non seulement les taux de CO2, mais également les niveaux de composés organiques volatils et de particules fines qui altèrent les fonctions cognitives. ”Notre algorithme de contrôle tient compte

Sonde E4000NG : CO2, COV, T°, Hum, 130 x 90 mm, votre meilleure protection contre l’invisible.      

de l’environnement global et permet également de comparer la qualité de l’air extérieur et de l’air intérieur. Un indicateur permet ainsi d’informer lorsque l’air extérieur est plus vicié que l’air intérieur.” Les sondes sont paramétrables selon des objectifs de qualité de l’air, voire des seuils cognitifs, ce qui permet une gestion optimale de la ventilation en continu. À noter que le coût global de possession de ces produits est très intéressant puisqu’ils ont une durée de vie de 10 ans et ne nécessitent pas de maintenance.


Résultats Challenge Microcapteurs 2019 : NANOSENSE aux honneurs !

Les résultats tant attendus du Challenge Microcapteurs 2019 de l’AIRLAB (labo d’AirParif’) sont enfin disponibles !

Le Challenge c’est 34 capteurs du monde entier testés en conditions réelles pendant 6 mois face à des appareils réglementaires.

C’est avec un immense plaisir que nous vous annonçons que nous sommes, pour la 2e année consécutive en tête de toutes les catégories (Intérieur et Extérieur).

Nous nous étions fixés comme objectif cette année de rendre l’accès aux données récoltées par les sondes plus facile, et cela a été rendu possible grâce à notre partenariat avec Pando2.

Les sondes E4000NG et EP5000 ont été primées et la sonde QAA est arrivée en tête de sa catégorie.

En combinant nos sondes prototypes E5000 et P5000 en une seule et même sonde, la EP5000, nous avons réussi à y intégrer la mesure de 9 paramètres d’environnement intérieur : le CO2, les COV, les Particules fines (PM10, PM2.5 & PM1), la température, l’humidité, le son et la lumière.

Notre sonde EP5000 est annoncée en production courant 2020 avec un prix de vente très attractif !

Nos sondes sont bien plus que de simples capteurs car elles sont capables de piloter la ventilation et de s’interfacer avec la Domotique du bâtiment. Ainsi nous améliorons la qualité de l’air et donc la santé, la PRODUCTIVITE et le confort à moindre cout énergétique.

De plus, la lecture des données est aujourd’hui plus simple et intuitive que jamais, grâce à la plateforme développée par notre partenaire, Pando2.

Au nom de l’équipe de NanoSense, un grand MERCI aux financeurs et jury du Challenge Microcapteurs, à l’AIRLAB, à AirParif, à Pando2 et à tous nos clients et partenaires qui nous soutiennent !

Téléchargez ici notre dossier de presse !

 

Résultats du challenge: ICI

Brochure Résultats FR

Brochure Résultats EN

Communiqué de Presse du AIRLAB FR

Communiqué de Presse du AIRLAB EN