Dossiers Thématiques

Bilan 2019 de la qualité de l’air extérieur en France

Le Bilan de la qualité de l’air extérieur en France en 2019 répond à l’obligation faite à l’État de publier chaque année un rapport portant sur la qualité de l’air en France, son évolution possible et ses effets sur la santé et l’environnement

Au cours de la période 2000-2019, le nombre d’émissions de polluants a diminué

Le rapport confirme que des progrès significatifs ont été accomplis pour réduire les émissions de polluants atmosphériques suite aux actions impulsées tant à l’échelle nationale qu’au niveau local.

En effet sur la période 2000-2019, les émissions anthropiques primaires ont baissé pour la majorité des polluants étudiés dans ce bilan. Ces améliorations font suite à la mise en œuvre de stratégies et plans d’action pour réduire les émissions dans différents secteurs d’activité. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2), qui proviennent majoritairement de l’industrie, ont ainsi été divisées par 5 entre 2000 et 2019. Le développement des énergies renouvelables,  des  actions  d’économies  d’énergie,  la  réglementation des émissions des installations industrielles, l’amélioration des rendements énergétiques de ces dernières et la réglementation de la teneur en soufre dans les combustibles et carburants ont notamment permis de réduire les rejets de ce polluant dans l’air.

Le nombre d’agglomérations avec des dépassements  de  seuils  réglementaires  pour  la  protection de la santé à long terme diminue pour le no2 et les pm10

Le nombre d’agglomérations ne respectant pas les seuils réglementaires en NO2 a diminué. Il est de 9 en 2019 contre 24 en 2000, avec un pic à 37 en 2003. Cependant, les grandes agglomérations (plus de 250 000 habitants), et dans une moindre mesure celles de taille moyenne (50 000 à 250 000 habitants), sont les plus concernées par ces dépassements, le plus souvent sur des stations situées à proximité du trafic routier..

Pour les PM10, les agglomérations de moyenne et grande tailles sont également les plus touchées par le non-respect des seuils réglementaires. Les stations de mesure impliquées se situent majoritairement à proximité du trafic routier et en fond urbain. Sur la période 2007-2019, le nombre d’agglomérations concernées a diminué grâce à la baisse des émissions : alors que 33 agglomérations présentaient des dépassements en 2007, seules 2 (Paris et Cayenne) sont dans cette situation en 2019. Si les concentrations moyennes d’O3 ne baissent pas, le nombre d’agglomérations avec des dépassements du seuil réglementaire pour la protection de la santé à long terme a en revanche diminué sur la période 2000-2019, avec toutefois une nouvelle augmentation du nombre d’agglomérations en dépassement en fin de période.

2019 est marquée par plusieurs épisodes de pollution d’ampleur nationale à l’ozone

Les niveaux d’ozone enregistrés en 2019 sont particulièrement élevés et en partie dus à des conditions météorologiques qui ont favorisé la formation de ce polluant. Ainsi, l’année 2019 est marquée par deux épisodes de pollution d’ampleur nationale (fin juin et fin juillet) avec des concentrations supérieures au seuil d’information et de recommandation (180 μg/m3 en moyenne sur une heure). Durant l’été, 252 dépassements de ce seuil sont comptabilisés sur un total de 26 jours et touchent la plupart des régions métropolitaines, le Sud et l’Est demeurant les régions les plus concernées.

Le premier épisode, et aussi le plus intense, survient entre le 25 et le 30 juin. Les principales régions touchées par cet événement sont l’Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Grand Est, Normandie, Centre-Val de Loire, Pays de la Loire et Provence-Alpes-Côte d’Azur (cartes 6 et 7). Des zones en Provence-Alpes-Côte d’Azur et Auvergne-Rhône-Alpes connaissent plusieurs jours de dépassement du seuil d’information et de recommandation durant cet épisode.

Un second épisode d’ampleur nationale intervient à la fin  du  mois  de  juillet  2019  à  la  faveur  de  conditions  météorologiques caniculaires. Pour ces deux périodes fortement polluées de l’été 2019, l’évolution des conditions météorologiques avec l’arrivée de perturbations par l’Ouest conduit à la fin des épisodes.

5 polluants, sur les 12 faisant l’objet d’une réglementation, présentent des dépassements des seuils réglementaires de qualité de l’air pour la protection de la santé à long terme en 2019. Pour 3 d’entre eux (PM10, Ni, B[a]P), il s’agit de dépassements localisés qui ne concernent que quelques agglomérations. Pour le NO2 et l’O3, les dépassements sont plus nombreux et concernent respectivement 9 et 49 agglomérations.

Pour en savoir plus, voici le bilan 2019 complet de la qualité de l’air extérieur en France

Retrouvez le site officiel du Ministère de la Transition Ecologique

N’hésitez pas à consulter les bilans des précédentes années dans la Bibliothèque de NanoSense


Recommandations pratiques pour équipements CVC : COVID-19

Face à la pandémie « COVID-19 » liée au virus « SRAS-CoV-2 », la REHVA* vient de publier un guide destiné aux exploitants des bâtiments afin d’adopter les bonnes pratiques contre la propagation des virus dans les espaces et systèmes CVC. Vous est proposée ici une synthèse de ce guide disponible en ligne. Les recommandations présentées dans le guide sont complétées/détaillées par les équipes de LHIRR (spécialistes CVC, commissionnement et QAI).

*La REHVA est la fédération européenne du chauffage, de la ventilation et du conditionnement de l’air. Elle regroupe près de 1200 00 chercheurs, experts, techniciens et ingénieurs CVC.

Vous pouvez contacter LHIRR pour plus d’informations:

LHIRR invente et développe des solutions innovantes pour garantir la performance, la pérennité et le confort des biens immobiliers.

Guide de la REHVA sur le COVID-19

Guide des recommandations pratiques (COVID-19)


Résultats Challenge Microcapteurs 2019 : NANOSENSE aux honneurs !

Les résultats tant attendus du Challenge Microcapteurs 2019 de l’AIRLAB (labo d’AirParif’) sont enfin disponibles !

Le Challenge c’est 34 capteurs du monde entier testés en conditions réelles pendant 6 mois face à des appareils réglementaires.

C’est avec un immense plaisir que nous vous annonçons que nous sommes, pour la 2e année consécutive en tête de toutes les catégories (Intérieur et Extérieur).

Nous nous étions fixés comme objectif cette année de rendre l’accès aux données récoltées par les sondes plus facile, et cela a été rendu possible grâce à notre partenariat avec Pando2.

Les sondes E4000NG et EP5000 ont été primées et la sonde QAA est arrivée en tête de sa catégorie.

En combinant nos sondes prototypes E5000 et P5000 en une seule et même sonde, la EP5000, nous avons réussi à y intégrer la mesure de 9 paramètres d’environnement intérieur : le CO2, les COV, les Particules fines (PM10, PM2.5 & PM1), la température, l’humidité, le son et la lumière.

Notre sonde EP5000 est annoncée en production courant 2020 avec un prix de vente très attractif !

Nos sondes sont bien plus que de simples capteurs car elles sont capables de piloter la ventilation et de s’interfacer avec la Domotique du bâtiment. Ainsi nous améliorons la qualité de l’air et donc la santé, la PRODUCTIVITE et le confort à moindre cout énergétique.

De plus, la lecture des données est aujourd’hui plus simple et intuitive que jamais, grâce à la plateforme développée par notre partenaire, Pando2.

Au nom de l’équipe de NanoSense, un grand MERCI aux financeurs et jury du Challenge Microcapteurs, à l’AIRLAB, à AirParif, à Pando2 et à tous nos clients et partenaires qui nous soutiennent !

Téléchargez ici notre dossier de presse !

Résultats du challenge: ICI

Brochure Résultats FR

Communiqué de Presse du AIRLAB FR

Communiqué de Presse du AIRLAB EN


Les leviers Economiques de la QAI – FIMEA-NANOSENSE

La FIMEA (Fédération Inter-professionnelle des Métiers de l’Environnement Atmosphérique) et NanoSense vous présentent leur travail sur les leviers économiques de la QAI (Qualité de l’Air Intérieur) thème abordé lors d’une grande conférence au Salon Préventica à Paris en Mai 2019.

Présentation à télécharger:

Les leviers économiques du marché de la qualité de l’air FIMEA-NANOSENSE – 2019-05

 

  &